7 avril, 2008

L’autre Pinajeff

Classé dans : — foma @ 14:53

pinajeff50.jpg

 

Elisabeth Pinajeff et André Le Troquer sur la plage du Carlton à Cannes vers 1950

En 1950, une Elisabeth Pinajeff devient une figure du tout Tout-Paris mondain. Artiste Peintre , elle expose au salon des femmes peintres et sculpteurs , ainsi qu’à la Galerie André Weill à Paris 1, rue Matignon et au salon des femmes peintres et sculpteurs . Sa biographie reconstituée au fils d’articles de presse de l’époque, nous apprend qu’elle est née en Roumanie vers 1913 et qu’elle a le titre de Comtesse de Pinajeff, elle est parfois appelée pinaïef. Elle partage sa vie avec André Le Troquer depuis 1950,

Député SFIO, vice-président de l’assemblée nationale en 1949. André Le Troquer deviendra président de l’assemblée nationale en 1956 ce qui fait de lui le deuxième personnage de l’état dans la France de la IV eme République ,cela après le président du conseil, le président de la république ayant à l’époque un pouvoir disons plus symbolique et protocolaire que réel .André le Troquer , lui procurera par ces relations des commandes gouvernementales .

André Le Troquer est juif, ce qui au sortir de la guerre et de la libération des camps de la mort à une certaine résonance pour cet homme politique, résistant et ancien combattant de la première guerre mondiale. Avocat il à été le défenseur de Leon BLUM lors du procès de Riom , résistant , membre en 1944 de l’assemblée consultative d’Alger , il descend les champs Elysées avec De Gaulle lors de la libération de Paris . Il succède a Tixier comme ministres de la Défense nationale et des Forces armées Tixier ayant lui-même prit la suite à ce poste d’Emanuel d’Astier de la Vigerie .

lestrois19441.jpeg

Credit et source : http://www.britannica.com/eb/art-40706″> Gaulle, Charles de: on Champs-Élysées

Aout 1944, De Gaulle descend les champs elysées avec des membres des FFL et du gouvernement provisoire.

DE GAUCHE A DROITE : Josephe Laniel futur président du conseil, A Le Troquer futur vice président puis président de l’assemblée nationale, Georges Maranne ancien et futur maire d’Ivry, George Bidault , chef du gouvernement provisoire , De Gaulle , chef de la France libre , gènèral Leclerc , Alexandre Parodi , nègociateur auprès de Von Choltitz dont il obtient la non destruction de Paris.

De De Gaulle il cite volontier de lui : “Cité par J.R. Tournoux Pétain et de Gaulle. Ed Plon 1964) “Je n’aime pas les youpins”. (Cité par André Le Troquer, La parole à Le Troquer, … »

Sa rencontre d’avec Elisabeth Pinajeff dont il voue un profond respect pour sa culture et son intelligence date de 1950, soit dans les mois qui suivent l’affaire dite Des Généraux ou il apparaît à sa défaveur pour avoir accepter un paiement des forces vietnamiennes en échange d’informations stratégiques sur l’armée d’indochine , l’intermédiaire étant un barbouze français , Roger Peyré , il n’y eu pas de suite directe sur sa personne ,si ce n’est une campagne de presse américaine du Times stigmatisant la France et son manque d’implication dans la lutte anticommuniste .

André le Troquer et Elisabeth Pinajeff demeurent rue Frankin Roosevelt, au bas des champs Elysées non loin de l’assemblée nationale et de l’Élysée… Là ils reçoivent, le tout Tout-Paris artistique, politique, intellectuel et mondain. De part sa position André le Troquer procura des commandes d’état à E Pinajeff . Elle peignit entre autres sur commande ou non , les portraits de :

pinajeff50b1.jpg

 

Elisabeth Pinajeff, présentant une de ces oeuvres lors d’un salon

La Reine d’Angleterre( alors Elisabethe reine mère )

Sir Antony Eden , plusieurs fois ministre des affaires étrangère anglais puis premier ministre d’angleterre de 1955 a 1957.

Madame Coty, femme de rené Coty dernier président de la IV république Française .

eden1.jpg

www.parisenimages.fr/Export90/3000/2535-12.jpg © LAPI / Roger-Viollet Paris,

Novembre 1944, De Gaulle avec Churchil a sa droite et Antony Eden à sa gauche

classiclb01.gif

Le Paris d’Elisabeth Pinajeff

————————————— Agrandir le plan

Au n° 5 avenue  Matignon le salon de coiffure de G , allias Guillaume, Maitre coiffeur, qui amena une fillette mineure et qu’il savait malade mentale en fugue et qui s’était adressée à lui cherchant du travail . Ce dernier fournissait egalement d’autre soirées joyeuses à Villecresne et dans son vaste appartement parisien. Au 26, avenue  Matignon, la galerie André Weill .Sur l’extrème gauche de la carte prés de la.station geaorge V la rue galilé ou demeurait maïte , de son vraie nom Marie Theres Goyenetch , une des calls girls de l’affaire lacaze , avec dany Nicole, deux “filles de Mme Bellerot dite la “Belle Gabrielle”. la rue galilé croise la place des états unies ou logeait au lendemain de la guerre le psychoterapeutre du SDECE , responsable du service psycho de la section administrative .Connue également pour ces écrits : André Morali D…. qui publiera en 1963 :

-Sociologie des relations sexuelles (puf ) -

- Histoire des relations sexuelles ( puf ) -

Et en 1972 date de sa mise à la retraite ( il décède en 1985)

-Evolution des moeurs sexuelles en France (Casterman)

Elisabeth Pinajeff , loge également dans un pied à terre plus proche de l’atelier d’artiste que d’une véritable résidence , maisonnette dans les hauteurs de Vaucresson, près de la CRS2 « les CRS ont étè crée par Tixier alors ministre et se sont établit pour certaines sur les lieux même de casernement de la Police mobile de Vichy .

axepinajeffvaucresson.jpg

————————————— Agrandir le plan

classiclb01.gif

 

L’affaire Pinajeff

Ce blog n’etant pas un pilori , les noms sont volontairement incomplets ou masqués.

En Janvier 1959, éclate publiquement une affaire de détournement de Mineures dans laquelle est impliquée Elisabeth Pinajeff et André le Troquer l’affaire dite des Ballets roses !

Les faits De 1946 à 1958, pour les faits reprochées lors du procès d’avril 1960 se sont déroulés :

-au Pavillon du Butard à Vaucresson ,

-à l’opera de Paris dans la loge présidentielle,

-à l’opéra comique de Paris,

-Au cabinet d’André le Troquer , rue d’Assas toujours à Paris .

-dans les bureaux du siège de la première Brigade mobile rue st honoré à Paris.

-dans les cabines d’essayages du magasin « la grande maison » à Paris .

En novembre 1958, lors d’une ronde de nuit place de la république à Paris des policiers intrigués par la présence d’une jeune fille mineure qui semble attendre là l’interpellent et la reconnaissant comme correspondant à un signalement de recherche sur une mineure pour tentative d’escrocrie l’emmène aux poste de police. La recherche dans l’intérêt des familles ayant ete lancée par le commissaire de Police de Brunoy prêt de Melun (77), la jeune , Claudine 16 ans est déférée devant le service de protection des mineures , là elle est entendu par le juge Borel elle avoue travailler pour deux Proxénètes pour qui elle pièges des adultes lors d’ébats sexuelle en les rançonnant lors de chantage au silence . Elle avoue enfin mais difficilement que l’un des proxénètes qu’elle appelle M Pierre et qu’elle décrit comme son protecteur et qui la conduit dans les quartiers chics de 16eme et parfois dans un beau pavillon de banlieue est un certain P S, chauffeur de son état . Claudine dira également que d’autres jeunes filles de son âges participent à ces surprises parties , entendus d’autre jeunes filles parlent et citent ce fameux PS .

classiclb01.gif

 

3f591cda.jpg

m696e3c5a.jpg

 

A gauche

Porte-clefs offert au bons clients

de son restaurant par PS

A droite

PS vers les années 20

 

 

 

classiclb01.gif

 

PS ancien chauffeur de la DST recruté en 1946 en disposition du service depuis 1947 et devenue entre temps l’homme a tout faire d’André le Troquer est arrêté , des familles de jeunes mineures ayant portés plainte , cinq mineures aux total sont entendues. Une instruction placée sous la responsabilité du juge M Sacotte est ouverte .

Sont inculpés :

-P S, 33 ans à l’époque présenté dans la presse comme ex policier ou faux policier .

-André le Troquer , à l’époque ancien président le l’assemblée nationale.

-Arturo Guglixxx , maître coiffeur , avenue Matignon Paris. Ce dernier organisait des parties fines dans son appartement Parisien et dans le pavillon qu’il possédait à Villescrenes

-Jean F Jesxxx, directeur d’une maison de confection « la grande Maison «

-M Benaxxx étudiant 24 ans

-Georges xiencheri, 39 ans gérant d’établissements « le Queenie » place de la Madeleine et du pavillon d’Armenonville dans le bois de Boulogne .

-A Gautxxx, 46, ans officier de Police Principal

-R Baroxxx , 42 ans …………………………….non lieu

-User Sfarxx, modeliste de mode 72 ans ………..non lieu

-Elisabeth Pinajeff , artiste peintre 59 ans

-Camille Pexxx dite Depxxx 27 ans

-Lucie Audexxx 42 ans

D’autres personnes furent entendus suite aux dépositions des enfants mais ne furent pas inculpés :

-Mimi la Cannoise

-Un peintre célèbre

-Un statuaire célèbre

-Un chef d’orchestre célèbre et son pianiste

-Une chanteuse de l’Opéra comique dite « Madame Offenbach »

-Une marquise italienne prénommée Andréa

-Un médecin très mondain

-Un Colonel Français

-Un Major Américain

Les cinq victimes dont les familles sont parties civiles témoigneront à huis clos :

- Colette moins de 15 ans entre 1957 et 1958

-Danièle moins de 15 ans entre 1957 et 1958

-Gisèle moins de 18 ans entre 1957 et 1958

-Nicole moins de 15 ans entre 1957 et 1958

-Martine moins de 18 ans entre 1957 et 1958

Enfin le juge Sacotte du renoncé à recueillir les témoignages d’autres mineures trop « atteintes » pour témoigner ? ce fut le cas de :

-Edwige

-Marie-josé

-Claudine ;

qui « toutes atteintes de dépressions nerveuse ne se souvenaient plus de rien ! » . Toutes ces mineures furent ammenées par PS à l’exception de la plus jeune des cinq, Colette qui le fut par le coiffeur Arturo Guglixxx allias Guillaume Par de la presse de l’époque nous savons ce qu’il advint de certaines victimes :

-Une parlâ au juge de son sentiment de déchéance .

- Une autre déjà victime à 12 ans d’un attentat à la pudeur tentât de se suicider avant l’issue du procès pour reprendre le dessus et devenir mannequin . Elle se maria par la suite (1960) .

-Une autre projettait de rejoindre sa sœur aux états unis .

-La plus jeune âgée de 13 ans à l’époque , devenue nerveuse et instable , fugueuses de nombreux foyer et centres de rééducation était détenue au quartier des mineurs de la prison de Fresnes inculpée dans une tentative d’extorsion de fond .

**************************

Les photographies et informations qui illustrent et sont la base de ce blog lorsqu’elles ne sont pas tirées d’un site web spécialisé et indexé , sont issues des magazines, quotidiens et ouvrages suivants :

-Le Crapouillot NS n°3 été 68 et ns n° 73 de 1984, Article de Robert Cario et Jean Paul Lacroix.

-Justice Magazine n° 64 d’avril 1960, Article de Robert Cario.

-Le Figaro du 03/02/1959

-Le livre « Enfermez-les tous ! ,internement : le scandale de l’abus et de l’arbitraire en psychiatrie », Catherine Derivy et Philippe Bernardet , Robert Laffont , 2002.

Les temps sont passés , des individus sont passés certains lieux sont restés ; merçi d’en tenir compte avec respects et dignité ! !

**************************

 

La suite sur la Page  » Proçès et suites « 

 

Commentaires desactivés.

film et serie en streaming |
ningyou kareha |
Blog plus belle la vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS VIDEO AMATEUR - FR...
| Les Etoiles du Cinéma
| inerzaflahcenbizenkad